Bastava

Ca suffisait

Un sourire en retour pour répondre à un autre
Suffisait
Un espace partagé pourtant sans aucun autel doré
Suffisait
Dans la chambre d'un hôtel d'Europe,
On pourrait avancer, parler ou bien encore jouer
Si nous en profitions pour faire violemment la paix
Qui se rend le premier a gagné
Que ne le cache pas celui qui s'offense

Comment en sommes-nous arrivés à nous vouloir ainsi tant de mal je l'ignore
Comment nous sommes-nous permis d'admettre qu'il puisse suffire de faire ce que l'on peut

Une promenade dans le centre, au plus lumineux de l'après-midi
Suffisait
Anticiper ta gêne, faire les comptes au-delà de la haine
Suffisait
Faire sans les convenances qui nous embrouillent et volent l'espace et la profondeur des choses
Se jeter sous l'eau froide et accepter que même elle puisse couler sous les ponts

Comment en sommes-nous arrivés à nous vouloir ainsi tant de mal je l'ignore
Comment nous sommes-nous permis d'admettre qu'il puisse suffire de faire ce que l'on peut
A quoi nous sommes-nous réduits toi et moi
Comment nous sommes-nous permis d'admettre qu'il puisse suffire de faire ce qui est le mieux pour soi-même

Ca suffisait
Tout se raconter même si on se comprenait peu finalement
Suffisait
Surveiller ses mots et puis rester à la verticale
Suffisait
Cette nuit m'ouvre les yeux, elle nous regarde, elle voit de pauvres caresses comme en temps de guerre
Cette nuit m'ouvre les yeux, elle nous regarde, elle voit des larmes d'argent tomber à terre

Comment en sommes-nous arrivés à nous vouloir ainsi tant de mal je l'ignore
Comment nous sommes-nous permis d'admettre qu'il puisse suffire de faire ce que l'on peut
Ca suffisait
Souviens-toi de quand ça suffisait
Ca suffisait

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site