La Solitudine

La solitude

 

Marco s'en est allé et ne revient plus

Et le train de 7h30 sans lui

Est un coeur de métal sans âme

Dans le froid du matin gris de cette ville

En classe le banc est vide, je pense à Marco

Son doux souffle traverse mes pensées

Une si grande distance semble nous séparer

Mais mon coeur bat si vite

  

Qui sait si tu penses à moi

Si avec ta famille tu ne parles plus

Si tu te caches comme moi

Si tu fuis les regards et restes

Enfermé dans ta chambre sans vouloir manger

Et que tu serres contre toi ton coussin de toutes tes forces

Et tu pleures sans savoir quel mal pourra encore te faire la solitude

  

Marco, j'ai une photo de toi dans mon journal

Tu as les yeux d'un enfant un peu timide

Je la serre fortement contre mon coeur

Et c’est comme si tu étais là

Au milieu de mes devoirs d'anglais et de mathématiques

Ton père et ses conseils quelle plaie

Avec son travail il t’a emporté loin de moi

Bien sûr il ne t'a jamais demandé ton avis

Il a dit "un jour tu me comprendras"

Qui sait si tu penseras à moi

Si tu parleras de ça avec tes amis

Pour ne plus souffrir pour moi

Mais ce n'est pas facile tu sais

Je ne suis plus capable d’aller à l’école

Et vivre ces après-midis sans toi

C'est inutile d'étudier, toutes mes pensées se concentrent sur toi

Il n'est pas possible de passer notre vie séparés

Je t'en prie attends-moi mon amour... je suis incapable de te leurrer

La solitude entre nous

Ce silence en moi

Est ma crainte de vivre cette vie sans toi

Je t'en prie attends-moi parce que

Je ne peux pas me passer de toi

Il n'est pas possible de passer notre vie séparés

Notre histoire

La solitude

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site