Mi dispiace

Je regrette

Maman j'ai rêvé que tu frappais à ma porte
L'air un peu égaré, tu ôtais tes lunettes
Pour mieux me voir et pour la première fois 
Tu t'aperçus que toi et moi étions différentes
En m'embrassant tu t'étonnais de voir que
J'étais triste et ne trouvais pas le repos
Depuis combien de temps ne t'avais-je pas prise dans mes bras
Et dans le silence j'ai dit doucement "je regrette"

Si bas qu'ils furent, ces mots ont suffit à me réveiller
A me faire pleurer et repenser
A mon enfance et à tous ces jours perdus
Où le ciel d'été se perçait d'orages
Où avec mes vieilles poupées j'écoutais
Les contes que tu racontais à voix basse
Et où je m'endormais entre tes bras
Sans savoir encore que j'étais heureuse

Mais à seize ans pourtant j'ai changé
Et je m'aperçois à présent de mon attitude d'alors
A ce moment, je me sentais seule et désespérée
Car je n'étais plus la fille que je voulais
Nos confidences ont fini à cette époque
Ces petites discussions qui aidaient tellement
Je me cachais dans une impatience glaciale
Et tu as dû regretter le fils que tu n'as jamais eu
Je passais alors tout mon temps hors de la maison
Je ne supportais pas tes sermons pour un rien
Et je commençais aussi à devenir jalouse
Car tu étais grande, inaccessible et plus belle que moi
Je me livrais ainsi aux rêves
J'ai mis mon coeur dans une bouteille jetée à la mer
Et la mémoire ne me revient pas complètement par manque de courage
Car je ne pensais pas mériter d'être ta fille

Mais tu n'as pas frappé à ma porte
Et j'ai fait un rêve inutile qui ne se réalise pas
Parce mes pensées sont emplies de ce néant
Et que mon orgueil ne veut pas me pardonner
Mais si tu frappais vraiment à la porte
Je ne réussirais pas même à te dire un mot
Tu me parlerais avec ce regard un peu sévère
Et je me sentirais encore une fois seule
C'est pourquoi je t'écris cette lettre confuse
Pour retrouver au moins en moi un peu de paix
Non pas pour te demander tardivement pardon
Mais pour réussir à te dire Maman, je regrette !
Ce n'est plus vrai que j'ai honte de moi
Et je sais que nos âmes se ressemblent
J'attendrai patiemment un autre rêve
Je t'aime Maman... écris-moi... Ta fille

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×